Recherche appliquée

Les exploitants de concessions contribuent de manière significative à l'amélioration et à l'entretien des connaissances du milieu marin grâce aux campagnes de suivi environnemental menées depuis des dizaines d'années. Les connaissances acquises dans le cadre des suivis environnementaux de l’exploitation de granulats marins sont notamment issues de plus de 130 stations de suivis du benthos réparties sur les 3 façades maritimes dont 50% environ sont des stations de référence. A ces suivis réglementaires, s’ajoutent des initiatives de la profession en matière de recherche appliquée dont voici quelques exemples menés sur les façades Manche et Atlantique.

Pêches scientifiques réalisées dans le cadre d'un suivi quinquennal d'une concession.

Scientifiques à la réception du chalut

Espèces pêchées et triées sur la zone d'étude.  


Created with Sketch. Le GIS SIEGMA


Le Groupement d’intérêt scientifique GIS SIEGMA sur le « Suivi des impacts de l’extraction des granulats marins » a mené, de 2006 à 2011, une étude de grande ampleur en Normandie, qui a rassemblé scientifiques, pêcheurs, industriels, collectivités territoriales et l'État. Pendant cinq ans, les participants ont observé et quantifié les impacts biologiques et physiques de l’extraction sur deux sites expérimentaux (l’un au large de Dieppe, en exploitation depuis 1980 ; l’autre en Baie de Seine, exploité depuis 2007) dans le but de proposer un modèle d’exploitation « le plus attentif possible à l’environnement et respectant au mieux les différents utilisateurs du milieu marin ».

Les résultats montrent qu’en termes d’espèces de poissons, l’impact de l’activité est indirect, localisé, limité et temporaire. L’étude révèle même que, dans un premier temps, les navires extracteurs sont souvent suivis de près par des bateaux de pêche car, en libérant avec le trop-plein d’eau la faune benthique aspirée, ils attirent dans leur sillon de nombreuses espèces halieutiques, comme les soles notamment. Pour les poissons plus vifs que les soles, les chercheurs ont montré que leur tendance à fuir était d’autant plus marquée que l’intensité de l’extraction était importante. Mais quelles que soient les conditions d’extraction, ils reviennent, une fois l’exploitation terminée, en même temps que la faune benthique, qui recolonise la zone exploitée en quelques années, sans perte de diversité significative.


Ces résultats corroborent ceux des études menées en mer du Nord par le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), qui participe aux évaluations menées par la Commission européenne et par la Convention OSPAR, qui eux aussi révèlent que, en dehors des zones de frayères et de nourriceries (évitées par l’exploitation), l’impact sur les stocks de poissons est faible.

Ces travaux ont notamment permis la mise en place d’une véritable concertation entre les différents usagers de la mer et la diffusion des connaissances acquises grâce à 2 thèses, 37 communications, 9 publications, 12 stages et un document de synthèse des connaissances publié en 2012.

Created with Sketch. Le GIS ECUME

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS), dénommé ECUME, pour « Effets Cumulés en Mer », a pour finalité de proposer une démarche scientifique et une méthodologie permettant d’acquérir des connaissances sur les impacts cumulés des activités humaines dans les environnements côtiers. Sa durée est de 6 années.

Les producteurs de matériaux adhérents à l’UNICEM Normandie, désireux de partager les connaissances et les données acquises au cours des campagnes d’extraction en mer, ont logiquement participé à la constitution de ce nouveau GIS.

Poursuivre l’amélioration des connaissances

Au vu des évolutions réglementaires, des préoccupations et enjeux actuels sur l’occupation de l’espace maritime et son impact sur l’environnement marin, le thème « effets cumulés des activités maritimes » (comme exploitations de granulats marins, énergies marines renouvelables, pose de câbles, dragages et dépôt de dragages portuaires, activités de pêche notamment aux arts traînants), est apparu comme un point majeur qui nécessite l’élargissement de l’acquisition des données concernant les diverses activités en mer.

Le GIS ECUME a pour objectifs de :

  • Proposer une méthode pour répondre à la réglementation qui impose de prendre en compte les effets cumulés dans les études d’impact et études d’incidence ;
  • Poursuivre l’acquisition de connaissances sur le milieu marin et les effets cumulés des activités anthropiques en mer grâce au programme scientifique validé par les membres ;
  • Valoriser les résultats grâce à la large diffusion des connaissances assurée par le GIS.

Un partenariat d’acteurs

Les fondateurs du GIS sont des acteurs scientifiques (les universités de Caen, Rouen et Le Havre) et des professionnels qui ont tout ou partie de leur activité en mer (le Comité Régional des Pêches de Normandie, les Grands ports Maritimes de Rouen et du Havre, RTE, Ports de Normandie et l’UNICEM Normandie et ses entreprises adhérentes).

Aux côtés des fondateurs, de nombreux partenaires sont également présents comme les organismes de recherche (IFREMER, CNRS, BRGM) et la DREAL Normandie.


Created with Sketch. Etude SCOOTER (IFREMER) : Etude sur la remobilisation de Sédiments potentiellement COntaminés induite par une OpéraTion d’ExtRaction de granulats en baie de Seine.


Cette étude a permis d’étudier l‘état chimique des sédiments et l‘influence d’une extraction de granulats sur l’état chimique de l’eau de mer.

Dans les mers côtières où les données des réseaux de surveillance montrent que les sédiments fins en surface contiennent des contaminants, la remobilisation de ces matériaux à l’occasion d’extractions de granulats, qui génère un panache turbide, pourrait influencer la qualité de l’eau. La baie de Seine orientale est sous l’influence du panache de la Seine, l’un des fleuves les plus contaminés d’Europe.

Cette étude avait pour objectif d’examiner la remobilisation des métaux traces et de contaminants organiques des sédiments vers la surface pendant et après une extraction de granulats à travers leur comportement entre la fraction totale et dissoute. Pour cela, l’expérimentation a été réalisée lors d’un essai d’extraction dans le cadre du Permis Exclusif de Recherche des Granulats Marins Havrais (PER GMH) obtenus par les entreprises Les Graves de l’Estuaire et Matériaux Baie de Seine.

Le site de l’étude était situé à environ 20 km des côtes du Havre dans le périmètre du PER dans la Zone Ouest sélectionnée pour un essai d’extraction. Lors d’une première phase réalisée à basse mer pour être sous l’influence du panache de la Seine, une caractérisation de l’état chimique des sédiments de la zone et de l’eau de mer a été effectuée verticalement. Puis, la deuxième phase, réalisée sur la période étal de pleine mer - flot, a consisté à réaliser un état initial avant extraction, puis à prélever des échantillons d’eau de mer brute et filtrée (< 0,2 µm) en sub-surface dans le panache turbide généré par le navire extracteur à une fréquence donnée, et à effectuer un dernier prélèvement une heure après la fin de l’extraction.

Les résultats ont montré une remise en suspension de métaux traces associés aux sédiments tout au long de la durée de l’extraction, avec peu de transfert dans la phase dissoute, puis une nette tendance au retour à l’état initial dans l’eau brute et l’eau filtrée pendant la disparition du panache turbide. L’essai d’extraction de granulats dans la Zone Ouest du PER GMH a donc bien eu une influence sur l’état chimique de l’eau dans le panache turbide pendant sa durée, mais ne semble pas montrer d’influence à long terme (après la disparition du panache) sur la qualité globale de l’eau sur le site de l’étude.

Created with Sketch. IMPECAPE

Evaluation des impacts écologiques engendrés par pressions physiques sur les habitats benthiques : cas de la pêche et de l’extraction

Cette étude des pressions et des impacts des activités humaines sur les habitats benthiques côtiers vise à la mise au point d’indicateurs et de protocoles de surveillance de l’état écologique de ces habitats.


L’objectif de ce projet de recherche financé par l’Agence des Aires Marines Protégées est de produire des indicateurs de l’état écologique et de l’état de conservation des habitats benthiques côtiers face aux pressions physiques qui s’y exercent. Ces indicateurs doivent répondre aux objectifs de surveillance des directives européennes DHFF et DCSMM.

Le projet s’attachera plus précisément à l’identification de seuils de réponses des communautés benthiques à différents gradients préalablement quantifiés de pression physique exercée sur les fonds. Deux activités génératrices des principales pressions physiques s’exerçant sur les fonds marins sont retenues : la pêche aux arts traînants et l’extraction de sédiments.

La Station Biologique de Roscoff a en charge l'étude dans la zone des Duons (Baie de Morlaix, sites Natura 2000 FR5300015 et FR5310073), en relation avec les extractions de granulat.


Created with Sketch. D'autres partenariats scientifiques

La profession s'engage aux côtés d'organismes scientifiques sur différents sujets de recherche. Nous pourrons présenter ici deux exemples : La chaire Maritime et le Life Marha. Dans ces recherches la profession intervient comme partenaire et pourvoyeur de données. 

La Chaire Maritime

Chaire de recherche sur les dynamiques des activités humaines en mer et la planification de l'espace maritime de la Fondation de Nantes Université.

Ces dernières années, les activités humaines en mer n’ont cessé de se développer : transport maritime, énergies marines renouvelables, pêche, aquaculture, extraction, tourisme et loisirs, etc. Dans le contexte d’un partage croissant de l’espace entre différents usagers, la planification de l’espace maritime est devenue un vrai enjeu de société et un enjeu de connaissances.

En Europe, comme dans un nombre croissant de pays dans le monde, la mise en place de la planification de l’espace maritime vise à assurer autant que faire se peut le multi-usage par l’établissement d’une stratégie partagée entre les acteurs. Elle passe par des étapes de description et de compréhension des activités, de leur fonctionnement dans le temps et l’espace, et de leurs interactions, ainsi que par des étapes de concertation ou de consultation rassemblant des collectivités locales, des services de l’État, des professionnels ou encore des riverains.

En produisant des connaissances utiles à chacune de ces étapes de la planification, l’objectif de la Chaire maritime est plus globalement de mener une réflexion sur les modalités d’appropriation, d’occupation et d’exploitation de l’espace maritime, attentive aux rapports entre les groupes sociaux à propos de l’espace maritime.

Pour ce faire, la Chaire maritime a pour ambition de constituer une équipe de recherche dédiée. Elle se positionne comme accélérateur de recherches scientifiques interdisciplinaires (géographie, économie, droit, sociologie, statistiques...) pour l’ensemble des questions liées aux activités humaines menées au sein des espaces maritimes.


Le Life Marha

Depuis 1992 et l'adoption de la Directive habitat, l'Union européenne s’est engagée dans la préservation des habitats d'intérêt communautaire et a déployé un réseau de sites Natura 2000 d'abord terrestre puis étendu en mer à partir de 2008.

Le Life Marha ( MARine HAbitats) , qui va se dérouler de 2018 à 2025, s’inscrit dans cette démarche et poursuit l’objectif de rétablir et maintenir le bon état de conservation des habitats naturels marins en appuyant l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des 162 sites Natura 2000 habitats en mer et en lagunes méditerranéennes.

Pour atteindre cet objectif, Marha intervient en :

  • évaluant le fonctionnement et la mise en œuvre de Natura 2000 en mer afin de proposer des adaptations lorsque cela s’avère nécessaire,
  • apportant des connaissances sur les habitats, leurs services écosystémiques et les pressions qui s’y exercent,
  • améliorant et complétant les outils à disposition des gestionnaires de sites Natura 2000 en mer,
  • appuyant ces gestionnaires dans la mise en place d’actions concrètes en faveur de la préservation des habitats.

Intégrer les politiques publiques relatives à la mer
Le Life Marha doit agir pour la protection des habitats marins en cohérence avec les autres politiques publiques s’exerçant en mer.
À chaque étape, les agents du projet recherchent la plus grande synergie possible avec les politiques sectorielles maritimes. Il s’agit ainsi de veiller à la cohérence des recommandations émises vers les professionnels ou plaisanciers de la mer et renforcer la coordination des services afin de mutualiser réflexions et moyens en matière de suivi et de gestion de l’espace maritime.


  • En savoir plus : Partage de moyens pour l'acquisition de données | Valvométrie dans la Gironde +
  • En savoir plus : Partage de moyens pour l'acquisition de données | Station météo EUCAWS +
 

© Copyright 2022. Studio Brik

Crédits| Mentions légales| Plan du site





Retour à la recherche

Dupont Recyclage and Co


DÉTENTEUR DES AUTORISATIONS : S.N.C Graves de Mer

NAVIRES

Type :
Type :

CONTACT :

Un conctact

AUTORISATIONS

NATURE DE MATÉRIAUX

AUTORISATIONS D’EXPLOITER